habitat : mutations et innovations ?

Ah, le temps des loges à cochons en ville… Plaidoyer réuni pour un métier d’architecte historien et pour un jardin-pièce-à-vivre dans le logement de demain

- par Odile Jacquemin, architecte-urbaniste et historienne. habitat : mutations et innovations ?

Apparemment pas grand-chose  à voir dans ses deux aspirations  reliées, et pourtant, qui se souvient aujourd’hui que  sur le cadastre napoléonien de 1828 de la ville d’Hyères,  la classe  des loges à cochons est bien mieux fournie que  celle des hôtels ?… Dans le tissu lâche de nos villes jardins si spécifique de la Provence  du sud, on ne parle alors ni de compost urbain, ni d’agriculture de proximité, ni  de ferme urbaine, ni  de mettre des poules  et  des ruches sur les balcons ; l’ économie circulaire n’est pas conceptualisée, mais le bon usage du monde , en ce début  du XIXème,  associe à l’habitation un cabanon en bord de mer  et un  jardin de  ville où la loge à cochon est imposée… L’architecture la mieux renseignée de la ville d’Hyères de ce temps d’avant la photographie est … la loge à cochons.

Lire la suite

Architecte : une profession ?

Où va l’architecture ? Où vont les architectes ? Le constat est général : depuis une quinzaine d’année, la profession d’architectes a perdu, en France, nombre de prérogatives. L’état s’est désengagé des projets au profit d’opérateurs privés, la loi MOP est souvent détournée voire oubliée. Les missions confiées à l’architecte sont plus morcelées, à la mesure des nombreux consultants qui se sont imposés pour répondre à des demandes plus précises, plus complexes, plus diversifiées. Demandes qui, dans leur profusion, ont brouillé la mission de l’architecte, dont la tâche consistait à prendre en charge la variété des contraintes et des déterminants du projet pour en proposer une synthèse, elle-même s’incarnant dans la conception architecturale.

Lire la suite

Vous avez dit : « un peu plus de souplesse » ? Quelques fragments de pensée

- par Michel HUET, avocat de l’Architecture et de l’Urbain. habitat : mutations et innovations ?, habiter la métropole

Fragment 1 : De quel droit le juriste peut-il parler de la rue et du tissu urbain ?
Une première réponse : parce qu’on le lui demande !
Les professeurs, avocats, notaires constituant la Doctrine, commentent les textes, la jurisprudence dans des revues juridiques de haute qualité. Leur discours s’épanche essentiellement dans le champ du Droit de l’Urbanisme. Mais le découpage et le cloisonnement de multiples champs de droit obligent le juriste à traverser les diverses coques du droit des marchés publics, du Droit de la Construction, du Droit d’Auteur, du Droit de l’Informatique et du Droit de l’Environnement.

Lire la suite

Etude IFOP/CNOA pour les Universités d’été de l’architecture

Le Conseil national de l’Ordre a fait réaliser par l’IFOP une étude pour les Universités d’été de l’architecture auprès des architectes mais aussi, en « miroir », des citoyens. Trois sujets sont abordés : 1) la situation économique de l’architecte, 2) les enjeux du métier d’architecte aujourd’hui et 3) la rénovation énergétique.

Lire la suite

Soyons architectes-citoyens !

- par Marine DE LA GUERRANDE & Christine LECONTE - Vice-présidente et Secrétaire du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes d'IDF. habitat : mutations et innovations ?, habiter la métropole

Nous, les architectes, sommes avant tout habitants et citoyens.  Nous avons notre propre expérience de la vie en société, qui nous façonne et impacte notre pratique. Nous appuyons notre expérience sur notre formation initiale, à travers la sociologie, la psychologie, l’histoire, les sciences humaines, et notre vie citoyenne pour comprendre la société. Nous ne constituons pas une élite. Nous sommes nous-mêmes acteurs des changements de la société. Nous, les architectes, avons le devoir d’être architectes-citoyens.

Lire la suite

L’habitat est par essence le lieu des pratiques architecturales

- par Jean-Yves QUAY architecte - Enseignant à l'École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon. habitat : mutations et innovations ?

La problématique de l’habitat (« le mode d’organisation du peuplement par l’homme du milieu où il vit »(1)) est plus large que celle du logement, car elle dépasse la norme puisqu’elle associe nécessairement un site et un programme ; elle appelle une complexité de réflexions et propose des lieux qui vont au-delà des fonctions usuelles de (se)loger, résider, demeurer. L’habitat inscrit résolument cet usage particulier de l’espace dans une problématique plus large, liée au site, au rapport ville/nature, et fait passer ainsi de la praticabilité du logement, niveau zéro du projet architectural, à la prise en charge des relations existant entre configurations physiques et rituels profanes, entre les lieux de l’intimité et les lieux collectifs, entre l’espace privé et l’espace public. Elle inclut le parcours tout autant que la gestion des ressources, elle est une construction collective qui matérialise des enjeux sociaux et qui exprime localement le projet global que toute société a de l’épanouissement individuel et du dessein collectif.

Lire la suite

Hissez pavillons ! Partir de l’existant pour répondre aux défis sociétaux

- par CAUE 91 (Christine Leconte, architecte, et Nolwenn Marchand, paysagiste). habitat : mutations et innovations ?, habiter la métropole

Depuis 2013, le CAUE de l’Essonne est engagé dans une réflexion collaborative sur le devenir des territoires pavillonnaires : Hissez pavillons ! Le travail de terrain mené au CAUE au travers des demandes communales et des conseils aux particuliers fait état d’un décalage entre l’idée reçue du pavillonnaire qui « ne bouge pas » et la réalité des territoires. Et pourtant si, cela bouge dans le pavillonnaire !

Lire la suite